Un gel contractile qui stocke l'énergie lumineuse

21 janvier 2015

© Nicolas Giuseppone

Les systèmes vivants ont la capacité de générer des mouvements moléculaires collectifs qui se transfèrent jusqu'à l'échelle macroscopique, comme un muscle qui se contracte par l'action concertée de moteurs protéiques. Afin de reproduire ce phénomène, une équipe de l'Institut Charles Sadron du CNRS menée par Nicolas Giuseppone, professeur à l'université de Strasbourg, a créé un gel de polymères capable de se contracter grâce à des moteurs moléculaires artificiels. Activés par la lumière, ces moteurs nanométriques enroulent les chaînes de polymères du gel qui se contracte alors sur plusieurs centimètres. Autre atout : ce nouveau matériau parvient à stocker l'énergie lumineuse absorbée. Cette étude est publiée dans Nature Nanotechnology le 19 janvier 2015.

 

Ce projet a bénéficié du soutien financier du Labex Chimie des Systèmes Complexes.

Pour voir le communiqué de presse

Référence

Quan Li, Gad Fuks, Emilie Moulin, Mounir Maaloum, Michel Rawiso, Igor Kulic, Justin T. Foy, and Nicolas Giuseppone.
Macroscopic contraction of a gel induced by the integrated motion of light-driven molecular motors. Nature Nanotechnology, 2015, DOI: 10.1038/NNANO.2014.315.